LES ARENES ET LES COURSES LANDAISES ???

Créé par le 13 mar 2008 | Dans : ACTUALITES

Un animateur de course landaise pose cette question :

Je viens en vacances à Mimizan depuis l’âge de 2 ans ….Je suis passionné de course landaise depuis ma plus tendre enfance et impliqué dans ce monde depuis 3 ans en tant que speaker (pas à Mimizan, mais j’y vais voir les spectacles l’été).Je sais que la municipalité actuelle a un projet de démolition de ces magnifiques arènes et je sais aussi qu’elle a adhéré au projet de la fédération française de la course landaise pour des arènes démontables.Je me pose et vous pose 2 questions :1)Qu’en est-il de ce projet de démolition, quels en sont les motifs (problèmes de sécurité comme certains l’affirment), qu’en pensez vous et que comptez vous faire si vous êtes élu (ce que je vous souhaite).

2)Dans le cas où la démolition s’effectuerait(ce que je n’espère pas)où les arènes démontables seront-elles installées?

De plus, sachant que 2 courses se déroulent actuellement par semaine durant la saison, ces arènes qui doivent être louées par plusieurs municipalités seront-elles libres pour Mimizan?

Je me suis permis de vous poser ces questions puisque j’ai pu lire par ailleurs que vous aviez abordé ce problème des arènes et des spectacles taurins.

Merci pour vos éclaircissements.

Réponse faite: n’étant pas sur la liste de Mr Plantier je lui transmets vos questions et vous donne les informations que je possède, ayant été présent dans la commission le jour où Mr Bourden a demandé à la commission extramunicipale des Hournails de voter pour ou contre la démolition des arènes.  Quatre  personnes se sont opposées à la démolition dont Mr Darmaillacq très attaché aux courses landaises. Vous pourrez les consulter en fonction du résultat des élections.

Le programme de Mr Plantier comprend une rénovation des arènes avec l’étude d’une couverture (qui n’a jamais été faite) et l’aménagement  de ces arènes pour permettre le déroulement d’autres activités ludo-culturelles.

Comme vous le monde des courses landaises a été secoué par la perspective de voir les arènes disparaitre. Je vous rappelle ci-dessous le dessin qu’a fait paraître la cazérienne à ce moment là. Je crois qu’il est d’actualité et que la vachette a oeuvré.

arenecasino.jpg

 

 

XAVIER, JEAN, PIERRE ET LES AUTRES…

Créé par le 13 mar 2008 | Dans : ACTUALITES

« Le jeu des chaises musicales va-t-il continuer ? » nous demande une internaute. Selon cette personne « les mouvements enregistrés, ici (comme à Mont de Marsan), pourraient ne pas s’arrêter à ce qui est annoncé. Mr Fortinon en acceptant de sauver la situation perdrait plusieurs milliers d’euros sur ses différentes payes en devenant Maire ». Elle se demande donc si le futur Maire ne serait pas en fait à chercher parmi d’autres proches de Mr Bourden. Elle cite même le nom de Pierre CARRERE en tant que frère du Sénateur vice président du Conseil Régional…

Je suis embarrassé par cette question car il s’agit de rumeur, mais il est certain que le Maire est élu parmi les conseillers municipaux qui lors du 1er Conseil Municipal se présentent à cette élection. Rien n’empêche un conseiller élu appartenant à une liste majoritaire de se présenter et d’être élu. Vous avez donc raison, votre hypothèse est plausible.

Quant à savoir si par le jeu du non cumul des mandats, Mr Fortinon perdrait de l’argent, le mieux serait de lui demander car je ne sais rien de précis sur ses différentes rémunérations. A mon sens il bénéficie en tant que Directeur des services de la Communauté de communes d’un salaire de fonctionnaire territorial de + de 3000 € auquel s’ajoute celui d’adjoint aux finances de la ville peut-être 1500€. Sa paie de Conseiller général se monte statutairement à 2085 € à quoi s’ajoutent les indemnités de déplacements… Avec environ 8.000 € par mois il n’a sans doute pas envie de perdre un salaire si jamais il devenait Maire. L’hypothèse que vous suggerez d’une autre personne, même responsable local socialiste, ne me parait cependant pas crédible. Pourtant que la même personne soit Directeur des services et Président conduit à la pagaille. Si le directeur souhaite faire embaucher une personne dans un service il demande au président qui décidera. Si les 2 personnes n’en font qu’une, où est le contrôle. On tombe vite dans l’arbitraire, situation où nous nous trouvons depuis quelque temps déjà.

Sur le cumul des mandats je vous livre quelques remarques recueillies sur internet :

D’après Guy Carcassonne (professeur à sciences Po)

  •  le cumul conduit à des délégations de signature. Les élus n’ont pas le temps d’exercer leur deux ou trois mandats. Il conduit à une dérive de l’irresponsabilité.

  • le cumul des mandats conduit à des conflits d’intérêt avec une  prééminence de l’intérêt local sur l’intérêt national.

  • le cumul des mandats conduit à une dérive de la médiocrité.

Le Parti socialiste préconise l’Impossibilité d’exercer deux fonctions exécutives (mais il y a loin de la pensée aux actes).

 Personnellement j’estime que le cumul des mandats est un obstacle à l’exercice d’une  démocratie participative. Le montage de la Cité du Bois, décidée par le maire de Mimizan et payée par la communauté de communes dirigée par le même Maire de Mimizan en donne l’exemple.  Le désaccord des autres communes est latent. Mais lors des votes ils ne peuvent pas se faire entendre.

Merci aux internautes de donner leur opinion sur ce sujet d’actualité.

B.Babled

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 

COMMENT UNE SIMPLE LETTRE DEVIENT UNE DEMANDE D’INVESTITURE ?

Créé par le 11 mar 2008 | Dans : ACTUALITES

Au cours du débat qui a opposé Christian PLANTIER, Xavier FORTINON et Daniel DAUNESSE sur Fréquence Grands Lacs, le mardi 11 mars 2008, la lettre ci-dessous a été citée ainsi que mon nom en tant que signataire. Selon Daniel DAUNESSE il s’agit d’une demande de soutien de la liste Plantier à l’UMP. Je vous laisse juge de la façon dont la vérité est déformée par le candidat qui a fait 14 % au 1er tour et dont la décision de se maintenir au 2ème  prouve « l’alliance objective » (sans doute inconsciente) qu’il a faite avec le parti des  Bourden-Fortinon.


Bernard BABLED                                                    Le 6 décembre 2007

1 rue des loriots

40200  MIMIZAN

                                                              COMITE DEPARTEMENTAL UMP

                                                                  Aux bons soins de :

                                                                                    Marie APATHIE

                                                                                    UMP Dax

Télécopie

Chers amis, 

Je viens vers vous par lettre.(En réponse à votre invitation à présenter notre programme)

Notre travail d’équipe à Mimizan s’est fait dans le bureau de l’association « Mimizan plus authentique ». Il a permis depuis 4 ans d’informer la population, à raison d’un journal par trimestre, sur toutes les atteintes à la démocratie commises par la municipalité en place. Nous lui avons également fait connaître notre rôle de force de proposition sur différents projets tel que celui du centre culturel de la vieille chapelle en bois qui nous a valu le 1er prix de la fondation du Patrimoine. Simple rappel connu de tous les Mimizannais, c’est en toute indépendance, avec l’appui financier de nos 200 membres, que nous avons gagné le procès de la ZAC des pêcheurs contre
la municipalité. Fait sans précédent à Mimizan.

Pour préparer les échéances de mars nous rédigeons actuellement un livre blanc. Ceci nous a amené à réunir depuis 2 mois la plupart des commerçants avec lesquels nous réalisons une enquête consommateur, une quinzaine d’artisans, les cafetiers-hôtels-restaurateurs et les agences immobilières.

Nos adhérents et tous ces responsables de PME attendent de notre part un engagement indépendant. Nous réunissons dans une liste d’intérêt local, pour les prochaines municipales, toutes les tendances politiques (UMP, PS, MODEM, SE).

Notre objectif étant l’union nous avons fait des propositions écrites aux 2 candidats UMP,Daniel Daunesse et François Belotte afin d’établir un programme en commun au cours d’un séminaire où ils étaient nos invités.(voir lettre jointe)

A ce jour seul F.Belotte nous a fait part de son refus. Quant à Daniel Daunesse nous constatons qu’il fait régner un climat de délation en visant le président de notre association par ailleurs chef d’entreprise reconnu en Aquitaine.

Dans ces conditions comment vous faire part d’un programme qui nous serait commun.

Notre volonté est de gagner les élections en étant unis. Force est de constater que rien aujourd’hui ne s’y prête et que MM Daunesse et Belotte n’ont pas fait ce choix.

Je vous remercie de votre compréhension.

Bien cordialement.


Bernard BABLED

 

ALLIANCE OBJECTIVE ?

Créé par le 11 mar 2008 | Dans : ACTUALITES

Une question parvenue sur mon blog mérite réflexion.

Le (faux) départ de Monsieur Bourden qui veut bien laisser Xavier Fortinon passer devant lui pour être Maire est-il à rapprocher du contact téléphonique pris par ce même X.Fortinon pour demander à D.Daunesse de se maintenir au second tour ?

 Je ne sais pas qui a téléphoné à qui ?

Sans doute y a-t-il effectivement une manoeuvre pour empêcher la liste de Christian Plantier de gagner cette élection.  Le soutien inattendu de l’UMP à la liste de Ch Plantier a sans doute pour but de déjouer cette alliance objective du parti socialiste qui pense ainsi neutraliser les voix de D.Daunesse. 

CONFIRMATION (source sure non communicable)

Bien des  communistes de conviction se sont abstenus ou ont voté blanc au 1er tour après une altercation avec le Maire (Bourden).Ceci explique qu’il y ait eu 5% d’abstention. Ils n’ont pas l’intention de faire élire Ch Plantier, (c’est une quasi certitude) et vont à nouveau voter pour la liste socialiste au 2ème tour. Le maintien de la liste de D.Daunesse compromet donc le succès de la liste Plantier…

Pour ne pas prendre ce risque à vous de déterminer ce qu’il convient de faire et ainsi éviter cette perspective d’un 4ème mandat.

Dangereux n’est-ce pas ! Est-ce que les colistiers de D.Daunesse seront dupes à ce point ? Après 6 ans passés dans l’opposition souhaitons qu’ils ne ratent pas l’occasion d’en sortir et déjouent cette manipulation.

Quelle est la considération à laquelle ont droit les 558 électeurs de Daniel Daunesse ?

B.Babled

ENCORE UNE SEMAINE POUR GAGNER DE MANIERE AUTHENTIQUE

Créé par le 10 mar 2008 | Dans : ACTUALITES

Vous avez été nombreux à visiter ce blog ces derniers jours, s’agissait-il d’hésitants à la recherche de convictions  ou de curieux venus consulter des pronostics auxquels nous ne nous sommes pas risqués ?

Les résultats du 1er tour sont maintenant connus et la position de la liste de Christian PLANTIER en tête n’était tout simplement pas prévue avec ces scores. ( sauf par une femme de sa liste, mais une admiratrice sans doute !).

Nous rappelons ces résultats pour ceux qui ne les auraient pas :

  • Ch PLANTIER: 45,10 %

  • J.BOURDEN : 40,66 %

  • D.DAUNESSE : 14,14 %

Le fait remarquable à ne pas oublier est le taux de participation : 75,33 % ! Il n’y a pas de réserve pour ceux qui voudraient espérer un autre résultat….à confirmer cependant. Dans les villes de + de 3500 habitants des Landes, la participation oscille entre 65 et 69 %. Qu’on ne vienne pas dire que c’est la pluie qui a poussé les Mimizannais à voter.

La pluie n’étant pas à l’origine de l’engouement pour la liste Plantier, il faut aller chercher ailleurs…Par exemple auprès de cet artisan qui n’avait pas voté depuis 20 ans et qui a fait pâlir de peur une partie du bureau de Bel air quand il est arrivé. « S’il vient c’est que l’heure est grave » a-t-on entendu…et la réponse de l’artisan est limpide : « Ras le bol de l’équipe en place »…

Avec plus de 1000 visites,  ce blog qui n’est pas sous l’influence de la Mairie sortante, vous l’aviez remarqué peut-être, est le témoin de l’intérêt des Mimizannais pour les idées du Livre Blanc. Il faut dire que ces idées ont  muri depuis 5 ans au cours des batailles sans merci que l’Association Mimizan + Authentique a livrées à la Mairie pour la faire évoluer.  Rappelons ces batailles : la Zac des pêcheurs avec la condamnation du Maire par la justice, le parking sur la dune qui a abouti au même résultat grâce à l’opiniatreté d’un couple venu de Gap, la défense de la chapelle en bois et le projet de centre culturel, couronné par le 1er prix de la Fondation du Patrimoine, l’alerte lancée fin 2006 pour un vrai plan de recherche d’entreprises, les mises en garde  contre une urbanisation sauvage des Hournails, notre défense des arènes (et des courses landaises) quand le Maire a envisagé leurs démolitions et notre conception plus réaliste d’une cité du bois créatrice d’emplois… Nous n’avons jamais caché notre jeu et pourtant nous avons été traités par le mépris comme d’ailleurs les opposants habituels.

Toutes ces batailles ont été menées avec l’appui de notre journal diffusé 5 fois en 3500 exemplaires. Une goutte d’eau, direz-vous, comparé aux nombreux journaux inspirés par le pouvoir en place. Sans doute cette goutte d’eau était-elle chargée de sens, en comparaison de la pédagogie de nos édiles. 

Bravo à l’équipe de la « liste Plantier » qui a su mener une campagne active de terrain pour marquer sa présence « autrement ». Bravo aussi à ces commerçants mobilisés pour faire une « enquête consommateurs » auprès des Mimizannais et décidés à recréer une association qui dynamisera Mimizan.  La semaine qui vient sera un peu longue, mais qu’est-ce qu’une semaine en comparaison des 6 années qui arrivent ?

En effet, que nous arrive-t-il à nous Mimizannais ? Les questions du livre blanc, prolongées par les engagements du programme, vont-elle permettre de prendre la mesure du travail à accomplir et la façon de l’accomplir ?

Le livre blanc abordait la description et les changements nécessaires pour conduire à une véritable mutation du lien social entre les Mimizannais, pour faire en sorte que le mieux vivre ensemble devienne  réalité.  La mise en place d’une démocratie de proximité, la recherche active d’emplois féminins, l’écoute des entreprises existantes, la recherche et l’accueil de nouvelles entreprises, avoir des établissements de soins adaptés aux besoins de la population pour que les secours n’attendent pas le SAMU de Dax, l’investissement dans des installations de loisirs, etc…

Tout ceci  changera Mimizan pourvu que chacun se trouve concerné par ce programme et par les tâches à accomplir…

B.Babled – 10 mars 2008

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 

3 listes ! est-ce une bonne tactique ? (thème du forum Sud-Ouest)

Créé par le 02 mar 2008 | Dans : ACTUALITES

La situation politique de Mimizan qui fait rire le département est-elle si drôle ? 

Non bien sûr car la politique d’une ville commande tôt ou tard le bien-être de ses habitants, et aujourd’hui, après 20 ans, il y a un vrai désenchantement.

             Le maire actuel a eu beaucoup de mal à réunir sa liste…on y trouve toujours les mêmes professions de fonctionnaires, éloignées de l’évolution de l’économie et ne sachant pas quelles initiatives prendre. Mais de cela nous reparlerons à propos de l’évolution de l’emploi, de la démocratie de proximité ou encore de l’attractivité de la ville.

En face, c’est inquiétant, il y a un trop plein qui est le signe d’une envie forte de voir l’ère Bourden finir. Est-ce la meilleure tactique demande sud-ouest ? réponse : il n’y a pas de tactique et l’inquiétude des tenants du pouvoir actuel est sans doute justifiée. Voilà 20 ans qu’ils règnent sans partage (songez qu’il n’y a aucun représentant de l’opposition Mimizannaise à la Communauté de Communes !) et sont habitués à mener une guerre de « blocs », gauche contre droite. Ici une page se tourne, la contestation a gagné une bonne partie de la population. Imaginez, 3 équipes à la recherche de colistiers ! Le nombre de personnes sollicitées pour figurer sur une liste d’opposition est de nature à réveiller les consciences.

Tout est-il rose pour autant ? Non, même si il y a beaucoup de rose parmi les mécontents…Le 2ème tour devra rendre les opposants intelligents, et là ce n’est pas gagné. Autant il est relativement facile d’avoir un moral de vainqueur quand on s’abrite derrière une force politique nationale autant il est difficile d’admettre que cette force nationale n’est plus si forte que cela, ou encore, (pour ce qui concerne les partis de gauche), n’existe plus en tant que telle que sur le papier et revenir, modestement aux réalités de la commune pour réunir les bonnes volontés et travailler ensemble, sans référence politique particulière.

En conclusion, parler des vrais problèmes serait sûrement une façon de se mettre d’accord sur des objectifs pour les 6 prochaines années et les accords de liste, prenant en compte les compétences des uns et des autres, seraient plus naturels. C’est aussi la raison d’être du livre blanc et de ce Blog.

Vous êtes donc cordialement invités à lire ce livre ainsi que les programmes proposés et à donner votre avis.

Bernard Babled

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 

quelle démocratie de proximité pour Mimizan ?

Créé par le 01 mar 2008 | Dans : DEMOCRATIE DE PROXIMITE

Toute personne qui brigue un mandat électoral devrait avoir réfléchi à l’exercice du « pouvoir », c’est-à-dire savoir de quelle manière il doit faire partager un projet aux habitants.   

 1.  Constat

La loi relative à la démocratie de proximité du 27 février 2002 s’applique aux communes de plus de 3.500 habitants. (Elle fait suite aux propositions de la commission Mauroy) 

Elle part du principe que la participation des citoyens à la gestion des services publics locaux ne peut s’exercer uniquement en votant aux municipales, tous les 6 ans. Une partie de ces services est dirigée depuis la communauté de communes dont les élus ne sont pas du tout représentatifs des Mimizannais puisqu’aucun élu d’opposition n’y a été admis !

Elle est fondée sur 2 principes :      

  • -  Le libre accès à l’information      
  • -  La concertation avec les citoyens dans le domaine de l’urbanisme 

Voici un extrait du Livre blanc concernant la Démocratie de proximité :

2.  Commentaires et interrogations 

1. Le libre accès à l’information 

Le principe d’une information minimum existe, facilité par la mise en ligne, sur le site de la ville, des comptes rendus du Conseil Municipal. Pourtant la règle de la concertation « simulacre » reste largement appliquée si l’on en juge par quelques exemples. 

- L’attractivité du Canton a fait l’objet d’une étude payée par la Communauté de communes fin 2005. Une Association a demandé à être interviewée par le cabinet Weiss, ce qui fût finalement accepté et fait. En avril 2006, elle a cherché à consulter cette étude,  du plus grand intérêt pour les commerçants et artisans du canton. Après un accord oral l’accès à l’étude lui a été refusé. 

Avec une telle culture du secret comment les Mimizannais peuvent-ils accéder à une saine compréhension des réalités ? 

2. La concertation avec les citoyens dans le domaine de l’urbanisme 

Ce sujet a donné lieu à bien des espoirs depuis 7 ans. En 2000 c’est l’étude du projet d’aménagement de Mimizan-plage qui prévoyait une place du marché arborée, un rond point au niveau de Notre Dame des dunes pour distribuer la circulation vers la rue du Casino…Seul un parking a été réalisé à la place de l’ancienne Gare pour laquelle des Mimizannais avait présenté un projet de transformation

…A propos de la concertation avec les citoyens, il est sans doute injuste de dire qu’elle ne fonctionne jamais. En effet, si de nombreux permis de construire sont retoqués pour des couleurs de tuiles qui ne vont pas, l’Office du tourisme a pu être édifié avec un toit rouge en tôle. Certaines maisons sur la dune ont pu être agrandies sans difficulté malgré la loi littorale.

Le projet de réhabilitation du foyer (dont les travaux ont dépassé le budget  de 500.000€), a été attribué, sans doute simple coïncidence, au cabinet auquel appartient l’architecte de la ville…

…Après 20 ans d’exercice du pouvoir ces faits confirment, au minimum, une certaine lassitude. Pourtant, un approfondissement de la démocratie de proximité est prévu par la loi, en créant des conseils de quartiers. 

Ils comprennent des élus municipaux ainsi que des personnalités représentatives des associations d’habitants. Ils jouent un rôle consultatif auprès du Maire, principalement dans le domaine de la politique de la ville.

La formule, retenue par la loi, confère aux conseils un rôle de proposition et les associe aux décisions dans un esprit de concertation. La pire des situations pour des élus n’est-elle pas de constater que personne ne participe aux enquêtes d’utilité publiques ? Que les réunions de quartier sont peu fréquentées ? Que l’opposition au Conseil Municipal se réfugie le plus souvent dans l’abstention ? D’ailleurs, quels sont les droits de cette opposition, quand on lui refuse de siéger à la communauté de communes ? Au lieu d’entretenir artificiellement les antagonismes, n’est-il pas temps de rallier les habitants, de toute tendance, autour d’un même projet d’avenir et d’organiser un referendum.

 3.  Ambition 

Il est exclu de confier pendant 6 ans toutes les décisions concernant son quartier et l’avenir de ses enfants à une même équipe sans avoir l’assurance de participer,  il est donc urgent de mettre en place des conseils de quartier. De la même manière, les décisions d’ordre économique doivent être arbitrées par des personnes compétentes : les problèmes d’entreprise avec l’avis des gens d’entreprise, les implantations commerciales par les associations de commerçants etc… 

A Mimizan, la démocratie de proximité peut s’instaurer en admettant de faire siéger des élus de toutes les tendances à la communauté de communes

Quels sont les sujets dont vous voudriez parler aux conseils de quartier à Mimizan ?

Cliquez en haut de page pour « Laisser un commentaire« . Il sera publié sitôt validé.

SANTE : DESINFORMATION… 26 février 2006

Créé par le 28 fév 2008 | Dans : SANTE

          

L’institut national de prévention et d’éducation pour la santé  a  lancé sur le territoire national une gigantesque campagne de désinformation sur la dépression de l’adulte,  avec spots télé , spots radio, un guide diffusé à un million d’exemplaires, des dépliants ; les médias y ajoutent ; interviews, témoignages, photos 

Des enquêtes ? Il  y en a très peu, ou pas de tout.   Ce matraquage   sans précédent  a pour but d’imposer 7 thèses 

  1. Que la dépression existe ; 
  2. Que c’est une maladie; 
  3. Qu’elle ne cesse de gagner du terrain dans la société au point d’être devenue un problème de santé publique 
  4. Qu’elle est donc à  soigner de toute urgence ; 
  5. Qu’elle se soigne par la médication et le conditionnement ; 
  6. Que la dépression n’a pas de dimension  existentielle ; 
  7. Que la psychanalyse n’est pas un recours possible : 

D’énormes moyens financiers provenant des caisses de l’Etat non sans la contribution, au moins indirecte, des laboratoires, ont été mis au service de la promotion unilatérale de ces 7 thèses, toutes hautement contestables.  En face de cette déferlante médiatique  il  y a quoi ?  Plus de dix mille psychanalystes en  France pour enrayer la « dépression partout ». 

Il y a bien un enjeu de santé publique, et c’est la prévention des  tentations suicidaires. Elle concerne les adultes et les enfants de plus en plus jeunes. 

Combien d’énergie faudra-t-il dépenser pour faire saisir que le passage à l’acte (auto-et-hétéro agressif) a une logique, que la psychanalyse  a éclairée ? Pour FREUD , la tristesse , ce n’est pas un dysfonctionnement organique  qui en est responsable c’est la vérité. La  tristesse est souvent lucide. Elle est légitime quand il y a deuil. Quand elle devient symptôme, elle le demeure, tant que reste « baîllonné » le désir qu’elle enserre . Ce symptôme , qui est intime, est en même temps connecté au malaise de la société, à ses prescriptions de  savoir et de pouvoir sans limite. 

Réduire l’humain à une chaîne de neurones et de neurotransmetteurs, ce n’est pas seulement le réduire à la servitude, c’est le condamner à une dépression définitive . 

 .Christiane Plantier Babled         Psychanalyste

   A propos de santé…et d’une propagande reçue dans  les  boîtes   

Les recherches sur le cerveau ont-elles tant progressé ces dernières années que la conception de l’homme  en serait bouleversée ? Le corps ne serait-il plus qu’une « machine » dont il suffirait de réparer les rouages en cas d’avarie ? Les sentiments comme l’amour, la tristesse, le désir, des créations comme la poésie ne seraient-ils plus qu’une question d’hormones et de connexions nerveuses ? Quant à l’activité psychique, les rêves, l’inconscient, les symptômes, de bons médicaments les disciplineraient -ils ?

                Il suffit de lire les fascicules concernant  la  DEPRESSION,  offerts au grand public, destinés à nous éclairer sur une « maladie  si répandue », pour saisir à quels points les diverses approches proposées restent descriptives et empiriques. Peut-être conviendrait-il de s’interroger sur cette propagande, en effet des milliers de professionnels de santé, psychiatres, psychanalystes, psychologues, ont alerté les  médias et la population sur une dérive éventuelle du marché des médicaments psychotropes. La revue « Prescrire » a organisé  un débat sur la surconsommation des psychotropes en France et le rôle joué par les laboratoires. Faut-il  rappeler que la France est le champion du monde des antidépresseurs, neuroleptiques et autres psychostimulants ? Jugez plutôt !

                Une étude menée par le Dr Erick TURNER, psychiatre et pharmacologue (université de l’Orégon, Etats-Unis ) révèle que des publications sélectives peuvent conduire les médecins et les patients  à croire que ces médicaments sont plus efficaces qu’ils ne le sont vraiment: un résultat susceptible d’influencer les  prescriptions.            

En fait tout n’est pas si simple que cela,  hélas ! On ne peut pas guérir d’une dépression uniquement avec des médicaments. L’aide médicamenteuse ne suffit pas. Le patient  avec l’aide d’un professionnel formé à l’écoute peut se sentir aller vers un meilleur état de santé dès lors qu’il a conscience que son psychisme est à prendre en compte (Sur ce point précis, combien d’heures de formation sont-elles données à nos futurs médecins ?). C’est cette prise en compte du psychisme de chaque individu, dans le cadre de ce « dialogue singulier », qui est  de nature thérapeutique. Nous pouvons  nous méfier de l’interprétation de cette brochure qui glorifie une approche empreinte de cognitivisme et entretient le mirage que tout peut être médicalisé et guéri, la douleur d’exister, la souffrance morale jusqu’au deuil.

Christiane Plantier-Babled – Psychanalyste et Coach

Cliquez en haut de page pour « Laisser un commentaire« . Il sera publié sitôt validé.

le tourisme et l’attractivité

Créé par le 05 fév 2008 | Dans : TOURISME ET ATTRACTIVITE

Le tourisme à Mimizan devait compenser les aléas de l’industrie. Les saisons ont raccourci, les étrangers sont devenus rares et nous vivons petitement dans cet écrin…

    1.   Constat

                      1.   Forces 

  • Station climatique depuis 1905 
  • La nature y est exemplaire : Lac, courant, mer, foret 
  •            2.   Faiblesses 

  • Aucune activité « phare » ne vient distinguer la ville 
  • La station souffre d’isolement par rapport à d’autres destinations
  • Le plan d’urbanisme favorise davantage les campings et les voitures qu’il ne met en valeur le côté station balnéaire et l’environnement. 
  • 2.  Commentaires et interrogations Des installations peu mises en valeur : 

             -  Une activité nautique régulière s’est développée sur le lac, à côté il y a un embryon de golf avec 6 trous. Ce parcours, à l’image des golfs de Moliets ou Biscarrosse attirerait des joueurs s’il était complété. Pourquoi  l’agrandissement ne se fait-il pas alors que Mézos construit un parcours de 18 trous ? Attendre les élections municipales pour annoncer 3 trous de plus, déjà promis avant, est-ce bien sérieux ou est-ce seulement un effet d’annonce ? 

            – Un aérodrome, entretenu comme piste de secours de nuit, abrite une activité de parachutisme reconnue dans ce milieu. La création d’un aérovillage, comme à Biscarrosse, a pu être envisagée.  Malheureusement, faute d’une volonté suffisante d’aboutir, son sort est désormais, pour plusieurs années, dans les mains de la justice. 

            – Des pistes cyclables traversent les Landes du nord au sud. Circuler en ville en vélo reste dangereux. Pourquoi ? 

            – Un club de tennis avec 10 courts dont 2 couverts et la moitié en terre battue a permis l’organisation de tournois reconnus. Quelles sont les conditions pour que cet investissement soit utilisé, en dehors de l’été, comme terrain d’entraînement des équipes régionales et nationales ? 

           -  Le parc hôtelier et les équipements de loisirs sont déficients. La destination « France » étant recherchée pour des raisons de sécurité, pourquoi ne pas consulter des groupes hôteliers ? Eux peuvent, par leurs investissements, contribuer au développement de
    la station. La condition qu’ils fixent est claire : avoir un plan de développement pour la station.
      

            -  Des arènes de 1500 places, jamais couvertes, reçoivent en été de nombreuses animations notamment des courses landaises. Avant qu’elles ne soient fermées au nom du principe de précaution, que coûterait leur réhabilitation ? Quels aménagements concevoir et avec quels programmes d’animation culturels ce lieu pourrait-il atteindre une fréquentation qui le rentabilise ? Des professionnels du spectacle seraient sûrement de bon conseil.

           -  Un club d’équitation, situé en pleine forêt et à proximité de la plage, entretient une trentaine de chevaux et poneys pour les compétitions, les promenades et les randonnées dans les landes et les Pyrénées. Cette activité équestre est à l’origine d’une activité hôtelière de plus de 1200 nuitées par an. Sa fermeture est de nouveau décidée par l’ONF du fait de la précarité de ses installations. Pourquoi n’a-t-on pas trouvé de terrain constructible pour le projet de centre équestre, ouvert à l’année, présenté en 2000 ? Les plans existent et le financement peut suivre, d’autant qu’une activité complémentaire pourrait s’y ajouter et justifier l’investissement. 

    . Ces revenus communaux, produits par la station balnéaire, pourraient servir à l’embellir, par exemple en plantant des arbres sur la place du marché ou en aidant le financement du ravalement des façades. 

    Il apparaît donc, malgré ses atouts, qu’il manque à Mimizan un projet d’ensemble pour « doper » l’attractivité jugée déclinante : 

        -  Le plan d’eau du « courant » a donné lieu à des projets de port. Ceux-ci n’ont pas abouti faute de détermination. La carence actuelle en anneaux dans les ports d’Arcachon et de Capbreton justifie que ces projets soient réétudiés. La demande existe. Mimizan peut, sans difficulté majeure, créer ce port et doper son attractivité et ses emplois. 

       -   Nul doute que dans le sillage des bateaux viendront s’implanter ici thalassothérapie, hôtels, Spa, salle de sport, trinquet, frontons, manège équestre, bowling… 

       -   Les jeunes Mimizannais qui réclament un espace de rencontre et de distraction, genre MJC, avec studio d’enregistrement, jeux vidéo, jeux de société, … y auront droit. 

        -  L’urbanisme actuel qui favorise la voiture avec une route à 4 voies qui plonge sur la rue piétonne du cœur de ville et des parkings en haut des dunes pourra enfin être modifié avec des routes à 2 voies au lieu de 4 et des parkings en entrée de station, desservis par une navette

        -  La destination « Mimizan-plage », qui est déficiente depuis que le budget de l’OIT, consacré  à 80%, aux frais de fonctionnement, ne permet plus la même présence dans les salons, retrouvera sa notoriété perdue. L’amélioration de l’attractivité facilitera la communication pour gagner de nouveau la clientèle étrangère. …   

       -  Les liaisons avec les gares et aéroports (Dax, Labouheyre, Bordeaux) se justifieront à nouveau pour faciliter la fréquentation d’une clientèle de Week-end.   

    3.  AmbitionRedonner à la station un tourisme familial de qualité centré sur une installation de remise en forme et d’ici quelques années d’un port. Redonner aux Mimizannais le goût du « tourisme loisirs » au lieu du « tourisme nuisances » souvent mis en avant. Rassembler les compétences et les infrastructures pour accueillir les stages de remise en forme des équipes sportives tout au long de l’année. Promouvoir auprès des Mimizannais et des touristes l’image d’une cité exemplaire sur le plan de l’environnement

    La commune a les moyens pour réagir…Que soughaitez-vous qu’elle fasse?

    Cliquez en haut de page pour « Laisser un commentaire« . Il sera publié sitôt validé.

    QUELS EMPLOIS POUR LES FEMMES A MIMIZAN ?

    Créé par le 02 fév 2008 | Dans : L'EMPLOI

    Au nom de l’égalité, beaucoup sont prompts à dénoncer les injustices. Pourtant elles persistent sous de multiples visages, comme celui, honteux, du chômage des femmes dans les Landes. Il s’agit d’arriver, là aussi, à la parité entre les hommes et les femmes.

           1.  Constat 

    •   65% des femmes en âge de travailler voudraient occuper un emploi à Mimizan. (source : travail temporaire) 
    • 90% des missions d’intérim  s’adressent aux hommes. 
    • Le revenu moyen des ménages à Mimizan accuse un retard de 7% sur ceux de Parentis et 15% sur ceux de Biscarrosse. (source INSEE) 
    • 201  actifs de 20 à 40 ans ont quitté Mimizan de 1999 à 2004. (source INSEE) 
    • L’indice qui mesure le taux des familles en difficulté au collège est passé en 7 ans de 42% à 50% à Mimizan. Il est de 25% à Biscarrosse et 60% à Labouheyre, situé en ZEP. 
    •  2.    Commentaires et interrogations 

      La précarité des familles a progressé depuis 7 ans. S’il y a bien un traitement social au cas par cas dans le canton, y a-t-il pour autant un espoir de travail pour les mères, soucieuses de l’éducation et du devenir professionnel de leurs enfants ? (Par espoir de travail nous entendons la rémunération d’un métier et non pas le recours au système RMI, travail au noir, travail saisonnier). 

      Seule l’implantation d’entreprises nouvelles peut générer ce travail. En 5 ans, 35 entreprises désirant s’installer à Mimizan sont parties ailleurs. Annoncer la venue possible de 3 entreprises dans les 2 prochaines années, c’est bien le moins ! Trois entreprises en 10 ans ! Pour combien d’emplois féminins ? Y a-t-il à Mimizan  une mobilisation suffisante des acteurs économiques pour rechercher des entreprises dans le cadre d’une politique de l’emploi ou bien utilise-t-on à certains moments ces effets d’annonce pour faciliter une nième réélection ?

       La question suivante reste entière : Comment faire venir des entreprises en dehors  des périodes électorales ?  La requalification des femmes à la recherche d’un emploi est sûrement la voie pour attirer les entreprises et donner du travail aux mamans qui le veulent. Le centre multimédia a-t-il les moyens de répondre à cette mission d’intérêt public sinon que faut-il envisager ?

       


             3 .   Ambition :

    Eviter le départ des forces vives (20-40 ans) et trouver un avenir aux jeunes de Mimizan. Pour cela rechercher l’implantation  d’entreprises privilégiant la main d’œuvre féminine particulièrement dans les industries du tertiaire : santé, bien-être et services à la personne. Des conditions attractives peuvent être fixées pour les gagner.
     

    Quels métiers vous, Mimizannaises, pourriez-vous ou voudriez-vous pratiquer ? Dites nous quelle formation vous voudriez recevoir ?

    Cliquez en haut de page pour « Laisser un commentaire« . Il sera publié sitôt validé.

    123

    Liste d’union et d’action p... |
    OPTICAL CONSULTING |
    quoid'neuf ? |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | NOUVELLES d'hier, d'aujourd...
    | Au fil des saisons
    | Parlons en...