Toute personne qui brigue un mandat électoral devrait avoir réfléchi à l’exercice du « pouvoir », c’est-à-dire savoir de quelle manière il doit faire partager un projet aux habitants.   

 1.  Constat

La loi relative à la démocratie de proximité du 27 février 2002 s’applique aux communes de plus de 3.500 habitants. (Elle fait suite aux propositions de la commission Mauroy) 

Elle part du principe que la participation des citoyens à la gestion des services publics locaux ne peut s’exercer uniquement en votant aux municipales, tous les 6 ans. Une partie de ces services est dirigée depuis la communauté de communes dont les élus ne sont pas du tout représentatifs des Mimizannais puisqu’aucun élu d’opposition n’y a été admis !

Elle est fondée sur 2 principes :      

  • -  Le libre accès à l’information      
  • -  La concertation avec les citoyens dans le domaine de l’urbanisme 

Voici un extrait du Livre blanc concernant la Démocratie de proximité :

2.  Commentaires et interrogations 

1. Le libre accès à l’information 

Le principe d’une information minimum existe, facilité par la mise en ligne, sur le site de la ville, des comptes rendus du Conseil Municipal. Pourtant la règle de la concertation « simulacre » reste largement appliquée si l’on en juge par quelques exemples. 

- L’attractivité du Canton a fait l’objet d’une étude payée par la Communauté de communes fin 2005. Une Association a demandé à être interviewée par le cabinet Weiss, ce qui fût finalement accepté et fait. En avril 2006, elle a cherché à consulter cette étude,  du plus grand intérêt pour les commerçants et artisans du canton. Après un accord oral l’accès à l’étude lui a été refusé. 

Avec une telle culture du secret comment les Mimizannais peuvent-ils accéder à une saine compréhension des réalités ? 

2. La concertation avec les citoyens dans le domaine de l’urbanisme 

Ce sujet a donné lieu à bien des espoirs depuis 7 ans. En 2000 c’est l’étude du projet d’aménagement de Mimizan-plage qui prévoyait une place du marché arborée, un rond point au niveau de Notre Dame des dunes pour distribuer la circulation vers la rue du Casino…Seul un parking a été réalisé à la place de l’ancienne Gare pour laquelle des Mimizannais avait présenté un projet de transformation

…A propos de la concertation avec les citoyens, il est sans doute injuste de dire qu’elle ne fonctionne jamais. En effet, si de nombreux permis de construire sont retoqués pour des couleurs de tuiles qui ne vont pas, l’Office du tourisme a pu être édifié avec un toit rouge en tôle. Certaines maisons sur la dune ont pu être agrandies sans difficulté malgré la loi littorale.

Le projet de réhabilitation du foyer (dont les travaux ont dépassé le budget  de 500.000€), a été attribué, sans doute simple coïncidence, au cabinet auquel appartient l’architecte de la ville…

…Après 20 ans d’exercice du pouvoir ces faits confirment, au minimum, une certaine lassitude. Pourtant, un approfondissement de la démocratie de proximité est prévu par la loi, en créant des conseils de quartiers. 

Ils comprennent des élus municipaux ainsi que des personnalités représentatives des associations d’habitants. Ils jouent un rôle consultatif auprès du Maire, principalement dans le domaine de la politique de la ville.

La formule, retenue par la loi, confère aux conseils un rôle de proposition et les associe aux décisions dans un esprit de concertation. La pire des situations pour des élus n’est-elle pas de constater que personne ne participe aux enquêtes d’utilité publiques ? Que les réunions de quartier sont peu fréquentées ? Que l’opposition au Conseil Municipal se réfugie le plus souvent dans l’abstention ? D’ailleurs, quels sont les droits de cette opposition, quand on lui refuse de siéger à la communauté de communes ? Au lieu d’entretenir artificiellement les antagonismes, n’est-il pas temps de rallier les habitants, de toute tendance, autour d’un même projet d’avenir et d’organiser un referendum.

 3.  Ambition 

Il est exclu de confier pendant 6 ans toutes les décisions concernant son quartier et l’avenir de ses enfants à une même équipe sans avoir l’assurance de participer,  il est donc urgent de mettre en place des conseils de quartier. De la même manière, les décisions d’ordre économique doivent être arbitrées par des personnes compétentes : les problèmes d’entreprise avec l’avis des gens d’entreprise, les implantations commerciales par les associations de commerçants etc… 

A Mimizan, la démocratie de proximité peut s’instaurer en admettant de faire siéger des élus de toutes les tendances à la communauté de communes

Quels sont les sujets dont vous voudriez parler aux conseils de quartier à Mimizan ?

Cliquez en haut de page pour « Laisser un commentaire« . Il sera publié sitôt validé.