L’idée est répandue : pour séduire le citoyen, il ne faut pas lui parler de chiffres. Ne voulant pas séduire mais informer nous avons retenu quelques chiffres clés et comparé avec ceux des villes voisines.

 Merci au Ministère du Budget, des Comptes Publics et de
la Fonction Publique d’avoir communiqué ces chiffres: 

                                           Principaux comptes  

             2006                          2006/2001 

Ressources de fonctionnement                                 

12.389   

                      +22%

Charges de fonctionnement  

                  

              10.817                 +25,5%                  

 Principaux chiffres dont Charges de  personnel                       5.587               

          +26%                                 

Achats charges externes                    

2.828                       +37%       

INVESTISSEMENTS en 6 ANS                 30.592                         

Augmentation de l’inflation 

                  +12,0% 

Les chiffres sont en milliers d’euros


2.  Commentaires et interrogations 
La ville de Mimizan a plus de ressources que ses voisines et que les villes de même importance en France. Pour le vérifier il suffit de regarder le potentiel fiscal par habitant, (indicateur de richesse calculé pour chaque commune, par le ministère du Budget.) En confirmation de ceci, depuis 6 ans, les ressources de la ville ont augmenté de 22% alors que l’inflation a augmenté de 12%, ceci laisse une marge de plus de 1,1 millions d’euros par an. (Le prix de 9 maisons HQE –Haute Qualité Environnementale-type Pyramide 2, chaque année) 

Sur cette même période, les dépenses ont augmenté plus vite que les recettes. Ainsi les dépenses de personnel ont augmenté en 6 ans de 26 % à Mimizan, à Parentis de 16 %. Dans le même temps il faut rappeler que la population a baissé. Mimizan est la seule ville de la côte nord à avoir des coûts de personnel qui dépassent la moitié des dépenses (51,6%) Biscarrosse (48,3%) Parentis (49,6%). Cette surdépense coûte chaque année aux Mimizannais 365.000 euros, soit 21% de la taxe d’habitation. (Équivalent au prix de 3 maisons HQE)  Les achats et les charges extérieures ont fortement progressé  +37%.  (Une maîtrise à 22% aurait permis d’économiser le coût de 2 maisons HQE) Enfin l’endettement total de la commune a augmenté de 27% depuis 2004 en passant de 10 millions à 12,7 millions.   

Ces chiffres du Ministère du budget et des collectivités locales viennent contredire l’affirmation selon laquelle « l’encours de la dette a diminué ces dernières années ». (Cf. Travailleur Landais, article « les vrais chiffres ») Ces constats relativisent l’autosatisfaction des bulletins municipaux  parlant d’une gestion sage et équilibrée.   C’est le moment de se demander ce que va devenir cet endettement, une fois réalisées la cité du bois et la cité médiévale, dont la part à la charge des Mimizannais serait proche de 6 millions d’euros ?   Les investissements  Un dernier chiffre doit encore faire réfléchir. La commune a investi plus de 30 millions d’euros en 6 ans. La plupart des investissements ont été faits pour remplacer ceux qui existaient (Foyer, agrandissement de l’école du bourg alors que la population baisse, Pont, Parking de la dune, voierie…) mais où sont les investissements pour améliorer l’emploi ou l’attractivité de la station ? Bâtiments relais pour accueillir des entreprises, rond-point de la Papeterie, extension du golf,  aménagement de la chapelle en centre culturel, centre équestre ouvert à l’année (proposé en 2001) en échange du centre actuel ? 

Combien d’emplois les investissements futurs de la cité du bois ou de la cité médiévale (+ de 10 millions d’euros) vont-ils créer ? Vont-ils réellement attirer une nouvelle clientèle ou simplement distraire celle qui vient déjà en été ? Des doutes subsistent même si officiellement « tout est bouclé ». Contrairement aux affirmations répétées, l’Etat, très endetté, ne donnera ses subventions qu’à condition que des critères de rentabilité soient respectés. Il s’agit donc de justifier les créations d’emplois promises et d’assurer que l’équilibre financier ne reposera pas sur l’augmentation de la taxe d’habitation.

 3.  Ambition 

Maîtriser les dépenses pour qu’elles n’augmentent pas plus vite que les recettes. En 2 ans ceci doit pouvoir se faire en diminuant les frais de justice et en contrôlant mieux les achats. Quant aux investissements nouveaux, une règle simple doit être décidée : « Pas d’investissements nouveaux sans qu’une étude sérieuse ne dénombre les emplois créés ».   Les ressources de Mimizan sont confortables mais les dépenses vont plus vite que les recettes, ce qui dans un ménage conduit à la faillite. Mimizan en est loin mais dans ce cas il y a moyen d’investir utilement pour l’avenir.  Quels sont parmi les domaines ci-dessous celui où vous pensez qu’il faut absolument faire un effort ?

1.    - Formation aux métiers pouvant faciliter la venue des entreprises offrant des emplois féminins.  

2.    - Investissements dans des équipements de loisirs pour améliorer l’attractivité de Mimizan 

3.    - Investissements sous la forme d’une maison médicale pour permettre les consultations de spécialistes et pour développer les préventions vis à vis des jeunes (drogue, alcool, obésité, jeux video…)et vis à vis des femmes (violences faites aux femmes)… 

4.    - Transports rapides vers les autres villes : Bordeaux, Dax, Mont de Marsan, Bayonne…        

5. – Investissements tendant à faire de Mimizan une écoville exemplaire sur le      plan de l’environnement, de la santé  et du sport

Merci de nous faire part de vos choix ci dessous en indiquant le numéro 1 ou 2 …et vos commentaires.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)