QUEL PROCESSUS DE DECISION ADOPTER…POUR EVITER LA CONFUSION ?

Créé par le 08 mai 2008 | Dans : ACTUALITES

Lorsque nous recevons des chefs d’entreprise dans nos séminaires de management, nous ne manquons jamais de les confronter à leur processus de décision, notamment à la part qu’ils y prennent et à la prise de conscience de l’instant de leur intervention personnelle dans la décision. Ceci doit être connu de leur équipe pour éviter toute surenchère dans le domaine du  pouvoir, de l’ascendance et de l’influence sur le « chef ».

Pour cela nous utilisons le tableau suivant :

Décision traditionnelle 

Décision en incertitude 

 - Choix tranchant

 - Enchaînement de rendez-vous

 - Un moment unique : un acte

 - Une activité itérative : constituée d’un enchaînement de décisions de second rang

 - Une décision prise par un acteur légitime

 - Une décision engageant un réseau d’acteurs diversifié selon les responsabilités

 - La décision est validée par l’autorité scientifique ou politique.

 - La décision est réversible, ouverte à de nouvelles informations ou à de nouvelles formulations de l’enjeu.

Que déduire de ce tableau ?

Le modèle traditionnel semble « consistant » et incomplet puisque dès le départ chacun sait que la « bonne décision » sera prise par l’autorité légitime, sensée tout savoir.

La plupart des décisions importantes de la précédente municipalité était de ce type : la ZAC des pêcheurs avec la décision de construire 11 immeubles d’une résidence de tourisme au bord du courant, le parking sur la dune, la Cité du bois dont le projet répondait à la possibilité de rééditer Marquèze en bord de mer en se faisant financer en grande partie  par des subventions d’Etat. Le dossier n’a été élaboré que par une ou deux personnes, en guise de partenaire privé obligatoire on trouve l’association qui gère l’espace où se trouve l’usine des déchets, et la décision finale a été prise par l’initiateur du projet, l’autorité politique  »légitimes » de l’époque.

Le modèle de décision en incertitude est complet et plus inconsistant car la décision semble prise par un groupe, après concertation avec divers protagonistes qui y sont impliqués. La décision, dès qu’elle est prise, parait de nouveau sujette à discussion en fonction d’une nouvelle donne possible.

La décision de « Remettre à plat » le chantier de la cité du bois consiste sans doute à réexaminer la décision qui a été prise selon le mode traditionnel en la soumettant au mode de décision en incertitude. Revoir les enjeux en donnant la priorité à l’emploi, en intégrant tous les autres projets ZAC des pêcheurs, Hournails dans un projet d’urbanisme durable et y intéresser des partenaires privés locaux qui n’ont pas été consultés.

Cette voie n’est pas la plus confortable pour ceux des élus attachés au mode de décision traditionnelle (colonne de gauche).

Qu’ils se rassurent:

  •  In fine, aucune décision n’échappera au fait que c’est l’autorité légitime qui devra trancher.

  •  N’oublions pas que la légitimité d’un vote, de nos jours, doit être entretenue par chaque élu en établissant des liens constants avec les électeurs qui sont également des contribuables.

Oh ! surprise !

Exercer le pouvoir serait-ce avant tout rendre compte (et rendre des comptes) dans un esprit de réciprocité général qui favorise le lien social ?

B.Babled 

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 
       

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MIMIZAN: RASSEMBLER, INNOVER….

Créé par le 21 avr 2008 | Dans : ACTUALITES

           L’avenir économique du Canton est dans les mains de la Communauté de Communes, 12.000 habitants sont donc concernés*. Il serait donc nouveau que, loin des clivages politiques, les décisions qui seront prises soient approuvées à une forte majorité. C’est aussi la condition pour que les projets de développement économiques soient portés par la majorité de la population.  

         Prenons un exemple : la population du canton attend qu’un poste avancé du SAMU soit installé à Mimizan ou encore qu’une maison médicale pluridisciplinaire y voit le jour. Les Mimizannais ne sont surement pas partagés à 88 voix près sur ces sujets, les autres habitants du canton non plus. Il est d’ailleurs permis, en associant tous les médecins et soignants du canton, d’espérer réunir une forte majorité sur ces projets. Imaginons encore qu’un « établissement de bain » trouve un lieu où s’installer en proposant, avec la collaboration des professionnels en place, une piscine d’eau de mer et quelques installations réservées aux soins du corps avec une salle de Fitness, le tout ouvert à l’année aux résidents comme aux touristes. N’y aurait-il pas un vrai consensus pour mettre en place, sur la base d’une collaboration Public-Privé une installation viable pouvant créer, à terme, une cinquantaine d’emplois féminins. Les avantages annexes ne seraient pas négligeables : allonger la saison des vacanciers et rehausser le niveau de ceux qui fréquentent la station et les alentours.

         Dans le domaine industriel, qui pourrait s’opposer à la venue, encore bien lointaine, d’une usine de construction bois ? Dans le même ordre d’idée comment refuser la construction en zone industrielle de bâtiments relais pour accueillir les petites entreprises voulant s’installer dans la région? N’y aurait-il pas un consensus pour la création d’un prix de la communauté de communes réservé aux créateurs d’entreprises du canton ? L’occasion pourrait être la venue à Mimizan pour la 1ère fois de la « caravane » de la CCI et de la Chambre des métiers avec tous les services spécialisés pour faciliter la transmission d’entreprise.

         Car au fond, le vrai sujet qui vaille aujourd’hui, c’est d’enrichir tous les habitants du canton, toutes les idées sont bienvenues, et surtout, c’est bien tous les habitants qu’il s’agit d’enrichir, par le travail des jeunes, des femmes, des seniors et des handicapés.

         Le souci comptable d’une hypothétique  répartition équitable des ressources et la peur que les réalisations ne profitent qu’aux « nantis » n’est plus de mise maintenant. Elle a parfois empêché que des décisions courageuses soient prises. Je pense au port ou à d’autres installations de loisir plus modestes qui ont été refoulées de Mimizan sans concertation de la population (Bowling, Dancing, centre culturel de la côte d’argent dans l’ancienne chapelle…) Les défenseurs du patrimoine et de l’environnement (dont je fais partie) reconnaissent que leur action n’a pas empêché une nette dégradation du site depuis 20 ans par le bétonnage du front de mer. Souhaitons qu’ils soient consultés sur les nouveaux projets et …ouverts. 

         Tout cela est dit pour inciter à l’audace en se débarrassant de certaines pesanteurs et non pas pour satisfaire un quelconque plaisir de critiquer. On peut assumer l’héritage sans ingratitude et puis tout le monde peut se dire « Je n’ai pas le pouvoir de faire, peut-être ai-je celui d’imaginer ». C’est pourquoi je propose à chacun des lecteurs qui le désire de faire part des projets qu’il voudrait voir défendus. Il suffit d’écrire ci-dessous quelques lignes. Nous nous entretiendrons avec lui pour bâtir un sujet qui sera publié sur ce BLOG.  

* La commune de Mézos n’a pas encore décidé de rejoindre la communauté de communes. Le taux élevé de la taxe professionnelle poserait problème…

B.Babled

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

AU DELA DES SLOGANS…L’ACTION

Créé par le 07 avr 2008 | Dans : ACTUALITES

Au-delà des slogans de campagne qui ont permis d’envisager un autre fonctionnement, les décisions publiques vont donc exiger un autre mode de concertation. En interne après un management de type autoritaire, centralisé, auquel tous les employés de mairie sont habitués, il va donc falloir instaurer un management décentralisé avec des délégations. On sait aussi, dans ce cas là,  que la prise de responsabilité par les personnes au plus bas de l’échelle se fait difficilement. Il faut qu’une confiance s’instaure et pour cela que l’initiative soit valorisée.  En même temps, la prise de risque doit être réduite grâce à un contrôle interne qui permette d’éviter les erreurs. Plusieurs mois et des formations adaptées sont souvent nécessaires pour y arriver. D’ici là, aura-t-on droit à quelques pièges tendus par les déçus du régime précédent ?  C’est à craindre.

Le problème des effectifs peut-il être ignoré ? La mairie de Mimizan emploie près de 350 personnes, celle de Biscarrosse 250 pour 5000 habitants de plus. « Pas question de changer l’organigramme » nous a-t-on dit pendant la campagne, sans augmenter le chômage, « Nous sommes venus avec l’objectif d’améliorer l’emploi, grosse défaillance de l’équipe précédente ». Peut-on imaginer d’être en sureffectif et accepter, comme il a été dit par la toute nouvelle opposition « vous verrez bien, mais la masse salariale augmentera de 6 % tous les ans ! ». Quelle entreprise privée admettrait ce chiffre comme une fatalité ? La taxe d’habitation payée sur les résidences secondaires nouvelles devrait servir à financer l’investissement, pas les frais courants.

Quel challenge, dans ce cas là, proposer au personnel de Mairie ? Ne peut-on pas fixer un niveau de qualité des services rendus et créer une dynamique interne permettant de valoriser les talents ? C’est, sans doute, une organisation complète à mettre en place. Contrairement aux idées reçues, un personnel stimulé contrôlé et valorisé est plus heureux que celui qui se trouve en surnombre. L’esprit de « service au public » s’accommode bien de ce management responsabilisant. Quoiqu’il en soit, la différence entre 2 sociétés de services se mesure à la qualité de la gestion des ressources humaines. Il en va de même dans les services publics.

Enfin le choix des bonnes compétences au bon endroit est un problème compliqué à résoudre tant la variété des compétences doit être grande pour gérer une Mairie. Souvent, dans une liste d’élus, certains, sachant mieux se mettre en valeur que d’autres, se voient confier des postes exécutifs sans en avoir vraiment l’expérience ni les compétences. Ceux-là n’ont pas non plus forcément la disponibilité suffisante ou l’envie. Il faut alors apprendre à travailler avec les bonnes volontés extérieures ou encore acheter les compétences où elles se trouvent…D’où l’importance des réseaux pour débrouiller les problèmes non maîtrisés. 

Je n’ai pas parlé de la prise de responsabilité dans une administration gérée depuis 20 à 30 ans par les mêmes personnes lorsque le témoin change de main. Les audits faits n’ont souvent pas été exploités. Ils peuvent révéler des faiblesses voire des défauts graves. Il est souvent conseillé de lancer tout de suite des audits dans les domaines financiers, juridiques et informatiques. Il serait étonnant que le cas ne se pose pas pour la Mairie de Mimizan.

B.Babled  

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

Par quoi commencer ?

Créé par le 31 mar 2008 | Dans : ACTUALITES

Réponse : Par un geste fort, qui illustre le “AUTREMENT” dans la partie “tchernobylisée” de Mimizan: la plage. En suivant la logique électorale, une moitié de la population n’attend encore rien mais l’autre moitié (+ 88 voix) comment vit-elle cet espoir de changement ? Plusieurs suggestions nous ont été faites. Les voici dans le désordre : 

  1. Planter des arbres sur la place du marché (Plus aucun mûrier platane, des pins parasols, des eucalyptus et des tamaris.) 
  2. Reverdir la dune (comme à Biscarrosse, mais ne pas le dire.) 
  3. Recréer la plage du courant 
  4. Ne plus autoriser le stationnement des voitures à la Garluche 
  5. Tracer des pistes cyclables sur l’avenue Maurice Martin depuis le pont des trounques 
  6. Mettre des bancs avec dossiers sur la corniche et le long du courant 
  7. Redessiner la gare en trompe l’oeil sur le mur blanc de Mr Mothe 
  8. Installer des sanisettes et des points d’eau potable à la plage et au bourg 
  9. Planter des arbres sur l’aire des camping-cars 
  10. Réserver une aire de jeu clôturée pour les jeunes enfants sur la corniche 
  11. Planter 2 figuiers sur la place du marché 
  12. Réserver une salle de jeu (Tables de ping-pong, Baby-foot…)pour les jeunes qui viennent à Mimizan Plage 
  13. …. 

La liste reste ouverte et vous êtes invités à la compléter au gré de vos attentes. Bien sûr proposer est une chose, disposer en est une autre. Il n’en n’est pas moins sympathique de constater que certaines demandes ne seront pas difficiles à satisfaire. Gageons le fait que l’entente de la nouvelle équipe avec le personnel de Mairie va vite se faire et que chacun des élus aura  repéré les circuits de commande. 

B.Babled  

Pour recueillir vos souhaits, choisissez les 3 actions qui vous tiennent le plus à coeur et notez les ci-dessous. Nous donnerons les scores obtenus par chacune des propositions.   Pour exprimer vos préférences sur les projets à plus long terme, nous ouvrirons bientôt un vote en ligne avec plusieurs choix. 

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

Proposition de charte pour protéger notre environnement

Créé par le 31 mar 2008 | Dans : ENVIRONNEMENT

L’Environnement 

Il existe une « économie de la Nature ». Dans nos calculs nous devrons intégrer la valeur biologique, scientifique et esthétique. Ensemble, nous gérerons durablement et avec soin ce précieux patrimoine naturel pour le transmettre, encore plus beau, à nos enfants. 

1.  Constat   

Chacun s’accorde, aujourd’hui, à reconnaître la nécessité et l’urgence de prendre en compte l’environnement dans lequel il vit.  Existe-t-il à Mimizan une réelle volonté dans cet engagement ? Trois exemples permettent de répondre : 

  • Les eaux de baignade, celle du courant en particulier, sont régulièrement perturbées par certains rejets.
  •  Des barres d’immeubles achèvent de bétonner ce qui reste d’espace disponible sur le front de mer. 
  • Des arbres centenaires et des arbustes adaptés aux conditions climatiques disparaissent progressivement sans être remplacés. Mimizan plage devient une station sans arbre. Que dit la loi relative à la protection de la Nature du 10 juillet 1976 ? 

« Il est du devoir de chacun de veiller à la sauvegarde du patrimoine naturel dans lequel il vit. »

 2.  Commentaires et interrogations 

Comment convaincre les citoyens de respecter cette loi quand la commune réduit ses interventions au peignage du sable en bas des dunes pour le ramasser après en haut et au ramassage des papiers sur les routes tout au long de l’année. Nous nous devons de réagir, ce que la commune ne fait pas, 6600 habitants peuvent aussi se motiver pour le faire ou pour l’exiger. 

3 Ambition Il est urgent d’élaborer une charte environnementale en concertation avec les Mimizannais, les Entreprises, l’Office de tourisme et les associations.

Pour cette charte nous suggérons 10 principes

I.  / Mettre en œuvre des méthodes simples d’analyse et de suivi de l’importante richesse paysagère de Mimizan-plage. (Photos aériennes, relevés périodiques, mesures diverses…) Ceci pouvant être fait par des volontaires avant d’être publié dans le journal municipal. 

II. / Veiller à la bonne conservation et à la protection de la biodiversité végétale et animale présente sur notre territoire. (Ex : observation et comptage des espèces rares…) 

III. / Intensifier et diversifier l’aménagement végétal pour reconquérir le cœur de Mimizan-plage. 

IV./ Aménager et valoriser les berges du courant ainsi que les milieux aquatiques associés. (Sentier pédagogique pour en faire le tour…) 

V. / Mettre en place une signalétique esthétique et évocatrice des sites remarquables répertoriés. (panneaux de couleur indiquant Lavoirs, vieux pont, fontaine…) 

VI. / Garantir une bonne qualité des eaux de baignade en conformité avec les normes applicables en 2009. 

VII. / Mettre en cohérence les travaux dunaires sur les segments appartenant à l’Etat, à la Commune et aux particuliers. 

VIII. / Favoriser l’utilisation des énergies naturelles présentes sur le littoral aquitain (Solaire et éolienne). 

IX. / Encourager un habitat écologique et économique adapté au climat, en le rendant autonome et économe. 

X. / Sensibiliser les entreprises à la gestion durable et à ses enjeux. 

Auteur de cette charte : Jacques Sourbé

LETTRE OUVERTE AUX NOUVEAUX ÉLUS

Créé par le 26 mar 2008 | Dans : ACTUALITES

Vous venez de passer quelques semaines en surrégime, cela laisse parfois un  sentiment de « toute puissance », car à vouloir tout contrôler et vouloir être partout à la fois, l’ on peut se sentir I-N-D-I-S-P-E-N-S-A-B-L-E.

Retrouver un mode de fonctionnement plus apaisé  est souhaitable. En d’autres termes, au lendemain de l’élection et de la photo officielle, la nécessité pour vous de vous crédibiliser peut suffire à déclencher cette démarche de simplicité et d’humilité qui consiste à :

  • Revenir vers la personne qui vous est la plus chère, c’est à dire la personne qui sait vous dire NON et qui vous fixe des limites.
  • Vous rapprocher de la personne qui exerce sur vous une autorité morale.

Ainsi vous pourrez de nouveau vous mettre à l’écoute des Mimizannais, ceux qui vous ont aidé et qui vous ont donné le pouvoir de décider et ceux qui n’attendent encore rien de vous en se réfugiant dans les inévitables résistances au changement.(sujet de notre prochain article)

                                               Christiane PLANTIER-BABLED

Psychanalyste et Consultante (Mastère en Management B.E.M.-Bordeaux Ecole de Management)

 

CHRISTIAN PLANTIER MAIRE

Créé par le 23 mar 2008 | Dans : ACTUALITES

La rumeur s’est éteinte hier soir lorsque Christian PLANTIER a été élu par 22 voix sur 29(7 bulletins blancs). L’opposition a vu la démission de Jean BOURDEN, de Mme AGUIRRE et de Mme THOMAS.

Dans l’ordre voici la liste des adjoints :

  • Mme Annie BARENTIN Maire adjoint
  • Laurent IGNACEL
  • Jean Louis GUY
  • Mme Christèle ALAMO
  • Max BANQUET
  • Mme Agnès ROUSSIGNOL
  • Guy CASSAGNE
  • Martine TREZZY

D’autres rumeurs vont suivre. Il y a lieu de rester vigilant…

Une certitude celle-là : Nous attendons beaucoup de cette équipe…Pourra-t-elle instaurer un climat de travail constructif avec l’opposition ? Celle-ci a dit qu’elle jouerait le jeu.

Supposons qu’il s’agit bien du jeu de la Démocratie et que les habitants de tout bord seront entendus.

B.Babled

Voir les échanges dans « commentaires récents », sous le compteur.

LA RUMEUR….

Créé par le 21 mar 2008 | Dans : ACTUALITES

Elle enfle, la rumeur…Christian Plantier ne serait plus Maire ! C’est un de ses adjoints qui serait élu… Pourquoi pas Mr Fortinon, pendant qu’on y est ?

Non la rumeur est lancée pour déstabiliser la population, rien d’autre. On apprend cela dans tous les manuels de guerre psychologique…Elle profite aux déçus qui n’acceptent pas le verdict des urnes. Facile et grave, une rumeur ne peut pas se vérifier.

Mieux vaut en rire… l’équipe en place a bien l’intention de gouverner cette ville intelligemment et dans la transparence, donc sans rumeur…

Je ne suis pas chargé de communiquer pour eux mais je sais qu’ils sont honnêtes.

B.Babled

 

REFLEXIONS SUR UN ECHEC

Créé par le 20 mar 2008 | Dans : ACTUALITES

question de  »baïne40″ :

« Dire comme Henri Emmanuelli que les échecs à Mimizan et a Mont de Marsan sont dus à des questions d’homme permet d’enterrer des fidèles serviteurs sans fleurs ni  couronne et évite de rechercher les vraies raisons. A Mimizan c’est la plage qui a fait la décision, le terrain vague de la ZAC des pêcheurs que votre association a empêché de construire  a donné l’image d’un désert et a fait des mécontents. Mr Daunesse voulait y mettre un aquarium mais la liste de Mr Plantier n’a rien dit sur ce qu’elle voulait faire. En tant que résident de ce quartier j’aimerai savoir si ce terrain restera désert et à qui il appartient ?

Merci de votre réponse.

Je ne suis pas qualifié pour vous apporter  une réponses sur la destination réservée à ce lieu central de Mimizan Plage sur lequel un 3ème permis de construire a été accordé par Mr Bourden. Vous devez interroger la liste maintenant à la Mairie. Le terrain devrait normalement appartenir à la SACIF, le promoteur qui a déposé le permis, le même que celui qui construit les immeubles sur l’emplacement de l’hôtel de la Côte d’Argent. 

Dans l’association que j’ai présidée de 2004 à 2006, au moment du dépôt des recours, nous avons toujours souhaité que ce lieu soit accessible aux Mimizannais et ne devienne pas strictement privé.  Encore moins qu’il soit bétonné et fermé 8 mois sur 12 comme à Moliets. Les générations de nos grands parents s’y étaient installées avant d’en être expulsées par la Mairie. Les bords du courant constituent le plus bel endroit de la ville. Au lieu d’écouter cette revendication légitime, la mairie a vu dans notre démarche celle d’opposants politiques et a appliqué avec obstination la méthode du rouleau compresseur en cherchant le KO de notre association avec des procès en appel après avoir perdu en 1ère instance… Vous avez sans doute raison de dire que les mécontents se sont exprimés lors du  vote de dimanche dernier et je comprends l’actualité de votre question. Une réalisation exemplaire au bord du courant aurait peut-être permis d’avoir 88  mécontents de moins. Pour mémoire je vous mets ci-dessous un dossier de presse, une pétition et un décompte financier. Le mois d’octobre 2004 avait été particulièrement difficile et j’avais à l’époque demandé à Christian Plantier de m’accompagner lors d’un interview à FR3. C’est comme cela qu’il s’est ensuite investi et m’a remplacé comme président de l’Association. Nous avons craint que le béton ne coule quand Mr Fortinon s’était engagé à la télévision à ce que les travaux commencent le 2 novembre. Le parking de la dune avait, la même année,  été construit malgré un référé ordonnant la suspension des travaux…

Sans doute que cet épisode a marqué les esprits autant que le jour d’avril 2006 où le tribunal  a condamné le Maire pour abus de pouvoir et a fait annuler les 2 permis déposés. Je suppose que la nouvelle majorité aux commandes n’oubliera pas cette leçon…Ci-joints les documents promis :

______________________________________________________________________________

ASSOCIATION MIMIZAN PLUS                                                Destinataires : Canard enchaîné

1 rue des loriots – 40200 – MIMIZAN                                                                  Le Monde

Tél : 05 58 09 06 06  Fax : 05 58 09 04 53

                                                                                                        DOSSIER DE PRESSE 

   Objet : Construction d’une résidence de tourisme en zone maritime            Mimizan, 31 octobre 2004 

Madame, Monsieur,

            Nous sommes une association vouée à la défense de l’environnement sur la commune de Mimizan.

            Nous voulons qu’un concours d’architectes soit lancé avant la construction (imminente) d’une résidence de tourisme de 12 bâtiments en zone maritime.

            Nous voulons que la presse nationale fasse connaître cette cause et vous êtes notre dernier recours puisque la justice, déjà saisie, ne rendra son jugement que dans quelques mois et que le béton pourrait bientôt couler accompagné de sa manne financière.

Historique

            Depuis 15 ans la ZAC des Pêcheurs, en bordure de l’estuaire, fait l’objet d’un aménagement confié à une société du Conseil Général des Landes. Cette ZAC, depuis 1995 se construit petit à petit, au rythme de la demande. Or brusquement, en 2003, le maire de la ville, M. Bourden et son adjoint,
M. Fortinon, (récemment élu au conseil général,) décident, sans tenir compte des résultats de l’enquête initiale, d’implanter une Résidence de Tourisme en en confiant la construction à un promoteur de la côte d’azur.(voir le schéma sur notre site
www.mimizan-plus.org )

Notre action

            Notre association alerte le maire sur les graves inconvénients de cette construction (12 immeubles en zone maritime). Celui-ci, jugeant qu’il a  à faire à une opposition politique, balaie nos arguments et  persiste dans ses choix.

            Début mars 2004, il signe donc un permis de construire pour les 120 appartements de
la résidence. Nous y faisons opposition en déposant un recours en justice. Empêché de construire la résidence mais ignorant toujours nos arguments, le maire fait déposer un second permis de construire le 5 août, nous déposons un 2ème  recours contre ce permis le 4 octobre et nous lançons une pétition qui recueille 500 signatures. Nous communiquons dans la presse locale, à la radio et à la télévision. Dans les réponses aux médias, le maire laisse entendre que notre association incarne une opposition politique et ignore nos arguments écologiques et juridiques. Nous craignions pour la suite car, il faut savoir que début février c’est le maire qui a fait bitumer un parking de 120 places sur une dune recouverte de végétaux protégés, alors que le tribunal avait ordonné la suspension des travaux.

     Nous avons envoyé sous pli à la population de Mimizan (7000 habitants) une pétition à signer avec 

Nos explications :

L’association MIMIZAN PLUS a pour but de veiller au développement durable de Mimizan et d’intervenir pour la protection de son environnement.  C’est à ce titre qu’au 1er permis de construire de  la  résidence de Tourisme, nous avons déposé un recours auprès du tribunal administratif contre le Maire pour « abus de pouvoir » en invoquant les raisons suivantes : 

  •  Empiètement des constructions sur la zone piétonne 
  •  non respect de la ligne de bâti prévue et absence du dossier paysager à 10 ans 
  •  voie publique desservant les constructions existantes mise en impasse 
  •  Bâtiments trop hauts (R+3) alors que des petites maisons devait reconstituer un village 
  •  Résidence à occupation provisoire la plupart du temps fermée. 
  • Ensemble clôturé, non traversable, alors que le plan d’aménagement prévoit un espace ouvert.   Tant d’infractions ont contraint le promoteur à déposer un second permis de construire le 5 août. Nous constatons qu’il y a toujours 3 étages culminant à 12 mètres, en complète opposition avec les constructions existantes ainsi qu’avec les données de l’enquête publique.   ______________________________________________________________________________
  •  

     

                                                                              PÉTITION 

     

SI VOUS ÊTES PROPRIÉTAIRES OU RETRAITÉS ET CONTRIBUABLES

La résidence de tourisme prévue sera le cœur en béton de Mimizan-plage. Oui cet endroit exceptionnel avec plage pour les petits, a été vendu pour 1 euro symbolique à la SATEL, société créée à l’initiative du Conseil Général des Landes. Pourtant l’estimation de ce terrain, obligatoire avant la vente d’un bien public, indiquait le prix de 230.000 euros (1.508.000 F). La construction a été confiée à un promoteur de Cannes (probablement n’a t-on pas trouvé de Bordeaux à Biarritz de promoteurs volontaires pour construire ce type de résidence sur 3 étages, clôturée, sans espaces verts et défiant toutes les règles d’urbanisme d’un centre de village.)

SI VOUS  VOULEZ ACCÉDER A LA PROPRIÉTÉ

Les 120 appartements ont été entièrement réservés dès novembre 2003 sur internet par des investisseurs pour défiscaliser leurs revenus. Il ne reste plus aucune place pour un programme de maisons individuelles avec jardin comme il était prévu. Clôturée, cette résidence sera la cité interdite aux Mimizanais.

SI VOUS ÊTES COMMERCANTS ET QUE VOUS ESPÉREZ UN SURCROÎT  D’ACTIVITÉ GRÂCE A  L’OUVERTURE DE CETTE RÉSIDENCE: 

Sachez qu’une résidence de tourisme ne reçoit de locataires que lorsqu’une majorité d’appartements est louée. Qu’en est-il d’ailleurs des résidences de tourisme dans des villes autrement attractives que Mimizan ? A St Jean de Luz comme à Arcachon elles restent fermées 7 mois sur 12 c’est à dire d’octobre à mai. Si vous espérez que cette construction crée de l’animation en inter-saison, il faudra y ajouter les équipements de loisir qui étaient prévus, dans le projet initial, à l’emplacement précis de la résidence de tourisme : salle polyvalente-trinquet-booling, sinon comment inciter les vacanciers à rester à Mimizan quand il n’y a ni soleil ni plage ?

Ce que l’on vous fait miroiter n’est sans doute qu’un piètre mirage. Et puis a-t-on mesuré la concurrence des 120 locations, à bas prix, sur le marché des meublés de Mimizan-plage ?

A CEUX ET CELLES QUI NE SUPPORTENT PLUS LE TERRAIN VAGUE ACTUEL ET SONT PRESSÉS DE LE VOIR CONSTRUIT : La résidence de tourisme va combler un vide, oui mais à quel prix ? Peut-elle créer des emplois non-saisonniers ? Rien de comparable, par exemple, avec les 50 emplois féminins qualifiés qui accompa-gneraient la création d’un établissement de thalassothérapie de 50 chambres, ouvert 12 mois sur 12. 

Faut-il se résigner au manque d’ambition de ce projet et subir la pression du béton des promoteurs ? Voulez-vous devenir les acteurs du Mimizan de demain ? Alors, demandons, ensemble, que soit organisé un concours d’architectes avec un cahier des charges prenant en compte les données de l’enquête d’utilité publique . 

A TOUS CEUX ET CELLES QUI SONT PERPLEXES, NE SAVENT PLUS QUI CROIRE ET PENSENT QUE TOUT CECI N’EST QUE POLITIQUE, DEMANDEZ-VOUS :  -  Pourquoi la dégradation de notre cadre de vie se fait-elle au détriment des contribuables en vendant pour 1 euro ce qui est estimé à 230.000 euros ? (Chiffres tirés du compte-rendu du conseil Municipal du 22 juillet 2004) -   Pourquoi les parkings, à Mimizan, envahissent-t-ils le haut des dunes ? 

-  Pourquoi la Commune se met-elle encore en infraction avec le plan d’urbanisme (PLU) qu’elle a voté ? (La construction du parking sur la dune sud a valu à la commune d’être condamnée 2 fois de suite par le tribunal administratif de Pau. Pourtant les associations de défense de l’environnement avaient fait plusieurs mises en garde. Elles n’ont reçu aucune écoute). Est-ce au contribuable de payer les avocats et le coût de ces condamnations ?

-   Pourquoi la sauvegarde de notre environnement est-elle soumise aux intérêts privés d’une société et d’un promoteur ? 

A TOUS CEUX ET CELLES, DE TOUTES OPINIONS, QUI SURTOUT NE RÊVENT PAS ET DESIRENT S’EXPRIMER POUR CRÉER UN MIMIZAN-PLAGE 

  • Plus dynamique et plus attractif 
  • Plus respectueux de l’environnement 
  • Plus ambitieux sur le plan économique 
  • Plus à l’écoute de la diversité des opinions 
  • Plus durable pour nos enfants 

A TOUS NOUS DISONS :

  • AIDEZ-NOUS

  • VENEZ NOUS REJOINDRE, PROPOSONS DES SOLUTIONS POUR DEMAIN

  • VISITEZ NOTRE SITE INTERNET :   www.mimizan-plus.org

  • METTEZ VOTRE SIGNATURE, RECUEILLEZ CELLES DE VOTRE ENTOURAGE SUR LA PÉTITION JOINTE ET RENVOYEZ  LA  POUR LE 25 SEPTEMBRE  A  L’ADRESSE  CI-DESSOUS.

______________________________________________________________________________

ASSOCIATION MIMIZAN PLUS                                                       Mimizan le 31 octobre 2004

1 rue des loriots – 40200 – MIMIZAN

Tél : 05 58 09 06 06  Fax : 05 58 09 04 53

                   DONNÉES FINANCIÈRES DE LA ZAC DES PÊCHEURS 

Voici quelques explications financières :

« Nous avons décidé de vous informer de faits que nous jugeons graves concernant des décisions prises au Conseil Municipal du jeudi 22 juillet à Mimizan. Il est anormal qu’aucune opposition ne puisse faire entendre ses arguments quand il s’agit de l’avenir de notre Cité et que les biens de la commune sont bradés au profit de la SATEL, société du Conseil général à qui la Commune a confié l’aménagement de Mimizan.

 Que s’est-il passé Le Maire et son adjoint, également conseiller général, ont fait savoir et approuver, sans explication, la vente du terrain de la ZAC des Pêcheurs pour 1 euro à la SATEL. Ces faits sont contraires à la règle selon laquelle une collectivité ne doit pas vendre un bien en dessous de l’estimation faite par les domaines. Le manque de transparence et la confusion ont été entretenues par le maire et son adjoint. Aucun document n’a été fourni et les élus socialistes eux-mêmes n’ont pas compris à quoi les exposent les décisions prises. La seule justification avancée est la suivante « Nous faisons comme les autres fois, en 1994 1996 1999 2001 et 2002″. Ce qui veut dire, mais personne ne le savait, que tous les terrains de la zone des pêcheurs ont été donnés à la SATEL alors qu’ils ont coûté à la commune près de 2 millions d’euros. Le dernier cadeau en date, celui du 22 juillet, correspond à 13.412 m², plein sud,  au bord du courant, terrain estimé par les domaines à 230.000 €. Quand on sait que l’opération de la ZAC des pêcheurs est déficitaire de 120.000 € on se demande si l’image de sérieux dont se prévaut le maire est bien justifiée. 

Il y a là un 1er scandale qui pourrait faire l’objet d’une communication à la chambre régionale des comptes. Par le même vote la commune donne l’autorisation à la SATEL de vendre ce terrain au prix de 845.000 € au promoteur de la côte d’azur qu’elle a choisi (JAD Promotion). La SATEL achète donc 1€ ce qu’elle revendra 845.000 €. Quels services la SATEL est-elle censée rendre à la commune pour ce prix ? Mettre en place les réseaux d’assainissement, les chaussées et la décoration florale. L’a-t-elle fait précédemment ? En partie, avec l’aide …des employés de la mairie de Mimizan. Voilà donc, sur le dos des habitants de la commune, une bonne affaire pour la SATEL, dont le Conseil d’Administration est constitué de responsables du parti socialiste. La SATEL, comme chacun sait, a besoin d’argent puisque en déficit depuis plusieurs exercices. Voilà donc le scandale N°2. Ce n’est pas fini. Le prix de vente de 845.000 € fixé par la mairie (soit 997 F/m² SHON) est celui qui était pratiqué voilà 15 ans. Nos élus ignorent-ils que les prix de l’immobilier ont augmenté depuis 15 ans ? Et bien Non. En effet, la municipalité aux « Affaires », fin juin 2004, en réunion publique, expliquait qu’elle voulait se constituer une « réserve foncière » afin de « peser sur les prix ».  Or force est de constater qu’il y a contradiction entre ses dires et ses actes. Vendre au prix d’il y a 15 ans alors que des promoteurs aquitains, consultés par nous, évaluent le terrain et son emplacement 50% plus cher qu’il y a 15 ans, c’est tout simplement une braderie qui pourrait soulever un 3ème scandaleEt si l’on rajoute à cela la révocation du notaire titulaire, le choix d’un promoteur à Cannes et le fait que le gros œuvre sera réalisé par des entreprises hors département, cela fait beaucoup de décisions prises au cœur de l’été, quand les Mimizanais accueillent estivants et touristes. Cette précipitation pourrait bien devenir suspecte.  Il y a malheureusement, dès l’origine une erreur qui révèle de l’incompétence. Comment ne pas avoir imaginé qu’à cet endroit une activité liée à la mer pouvait créer des emplois ? Nous avons nous-mêmes prospecté, ce qu’aurait du faire la SATEL, une thalassothérapie de 50 chambres créerait 50 emplois, la plupart féminin, n’en avons nous pas besoin à Mimizan pour dynamiser la station ? Il nous faut réagir en demandant des explications et en dénonçant  ces décisions au parfum de scandale… Voir également des photos et des documents sur notre site (www.mimizan-plus.org Nous tenons à votre disposition : 

  • Les recours en justice 
  • Les compte rendus des conseils municipaux 
  • Le texte accompagnant la pétition 
  • Les lettres au Maire ainsi que sa réponse.
  •  

    Merci de l’intérêt que vous pourrez manifester pour notre environnement (magnifique !) et pour la création d’emplois durables dans notre ville. En ce qui concerne la résidence de tourisme, le début de la construction est prévu  début  novembre 

     

     

B.BABLED  

Président

 

Le Blog devrait-il continuer …?

Créé par le 16 mar 2008 | Dans : ACTUALITES

 sarsonste a écrit:Oui, ce blog devra continuer. Il a participé au débat démocratique et à exposer de nouvelles idées. La seule victoire de M. PLANTIER ne veut pas dire que l’histoire s’arrête ou que MIMIZAN va vivre une période de prospérité éternelle.

J’ai personnellement voté pour M. PLANTIER et j’en attends beaucoup comme certains. De ce fait, ce blog et les excellents articles qui y ont été publiés doivent perdurer pour ne pas faire oublier à nos élus que rien n’est acquis d’avance…. et qu’il faut toujours être à l’écoute de ses administrés.

 ______________________________________________________________

La liste de Christian PLANTIER a gagné les élections municipales de 88 voix.

2061 voix pour Plantier

1973 voix pour Bourden-Fortinon

22 conseillers municipaux de la liste Plantier siégeront donc et il y aura 7 conseillers municipaux de la liste Bourden-Fortinon. Daunesse ayant recueilli moins de 5% des voix ne siègera pas.

L’installation du conseil Municipal devrait avoir lieu Samedi prochain.

A bientôt et merci de votre intérêt .

Bernard BABLED

1er message reçu de nos amis de GAP :Bravo ,encore Bravo .Vous recueillez le fruit de votre travail depuis des années .Un bravo de plus pour M.Babled,  son équipe et son opération intelligente, efficace et de profondeur .

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

123

Liste d’union et d’action p... |
OPTICAL CONSULTING |
quoid'neuf ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | NOUVELLES d'hier, d'aujourd...
| Au fil des saisons
| Parlons en...